Christ

en majesté

Le Christ du Jugement dernier

Expliquer en quelques lignes le sens de l'image du Christ en majesté relève de la gageure, tant le sujet est vaste et recouvre des thèmes différents comme le Jugement dernier, l'Ascension, le second Retour du Christ, la Majestas domini. Un thème est commun à tout cela : l'attente par tout chrétien du deuxième avènement du Seigneur, son retour en gloire à la fin des temps. Chaque fidèle chrétien, lorsqu'il récite le credo, confesse le retour du Seigneur de gloire qui viendra juger les vivants et les morts et dont le règne n'aura pas de fin. Par ces paroles, il vit donc dans l'attente du retour du Seigneur, de son second et glorieux avènement, appelé la deuxième Parousie à la fin des temps.

La deuxième Parousie

La seconde Parousie succède à la première Parousie, l'Incarnation du Christ. Cyrille de Jérusalem en parle ainsi : Nous annonçons l'avènement du Christ, non pas uniquement un seul avènement, mais encore un second beaucoup plus éclatant que le premier. Celui-ci en effet s'était fait sous le signe de la souffrance, l'autre porte le diadème de la divine royauté. Pour la plus grande partie en effet, tout ce qui se passe chez notre Seigneur Jésus Christ est double : double est la naissance, une, de Dieu avant les siècles, une, de la Vierge quand les siècles furent accomplis. Doubles sont les descentes, l'une invisible, celle qui se fit comme sur la toison, la seconde, éclatante, celle qui est encore à venir. Dans le premier avènement, il a été emmailloté dans la crèche ; dans le second, la lumière l'entoure comme un manteau. Dans le premier, il a subi la croix, ayant méprisé la honte ; dans le second, il vient escorté d'une armée d'anges, glorifié. Donc, nous ne sommes pas seulement assurés du premier avènement, mais aussi nous attendons le second, et de même que nous avons dit lors du premier : Béni celui qui vient au nom du Seigneur" (Mt 21,9), de même le répéterons-nous lors du second, pour que, venus avec les anges au-devant du Maître, notre adoration lui dise : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur . (Cyrille de Jérusalem, 15ème catéchèse baptismale, Migne 53-54, Paris,1993, p. 233)

Sculpture d'un Christ en majesté en chêne
Christ en majesté en haut-relief sculpté dans un chêne venant de Bourgogne.

Deux sortes de Majestés

Vision temporelle et vision intemporelle

Au moment de ce second Retour du Christ, deux évènements se succèdent, la Résurrection des morts et le Jugement dernier. Pour représenter le second Retour du Christ à la fin des temps, les créateurs d'images disposent de trois textes du Nouveau Testament : Matthieu, chapitres 24 et 25, l'Apocalypse de Jean, chapitre 4,1-11 et le récit de l'Ascension et de l'annonce du second Retour dans les Actes des Apôtres, chapitre 1. Les trois récits s'entrelacent de telle manière qu'il est parfois difficile de distinguer sur les tympans romans une représentation de l'Ascension d'une image de l'Apocalypse ou de l'avènement du Fils de l'homme de Matthieu. Un premier type de représentation s'attache à décrire de manière temporelle le deuxième Avènement. Cette interprétation met l'accent sur les fins dernières de l'humanité et sur le Jugement Dernier. Le deuxième type de représentation s'attache à décrire une vision intemporelle qui est anticipation du Royaume à venir."Toute référence au temps chronologique est gommée, l'homme est introduit dans l'éternité de Dieu, le kairos divin ; dans un autre rapport au temps, sans passé, ni futur, mais dans un éternel présent, où le "déjà accompli" et le "pas encore accompli" se superposent et s'offrent au coeur de celui qui sait voir et entendre" (Philippe Péneaud, Les Quatre Vivants, Paris, L'Harmattan, 2007, p. 52).

Image théophanique ou image du Jugement dernier

Dans l'art médiéval, la vision balance entre une pure image théophanique comme à Moissac ou Charlieu et une image du Jugement dernier comme à Conques et à Autun où les sculpteurs romans adjoignent à la Majestas Domini, le Jugement Dernier.

Sculpture d'un Christ en majesté en chêne Détail d'un ange de la sculpture d'un Christ en majesté en chêne Détail des pieds de la sculpture d'un Christ en majesté en chêne
Détails du Christ en majesté sculpté dans un chêne, les plis du vêtement du Christ, les pieds, les mains...

Le Christ et les Quatre Vivants

Dans la vision de l'Apocalypse de Jean, le personnage assis sur le trône, en qui la tradition chrétienne voit le Christ, est entouré par les Quatre Vivants : Au milieu du trône et autour du trône, il y a quatre Vivants remplis d'yeux devant et derrière. Le premier Vivant est semblable à un lion, le second Vivant est semblable à un boeuf, le troisième Vivant a la face d'un homme, et le quatrième Vivant est semblable à un aigle en plein vol. Les quatre Vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d'yeux tout autour et au dedans. Les Quatre Vivants ne cessent de dire jour et nuit: Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout Puissant, qui était, qui est, et qui vient! Quand les Vivants rendent gloire et honneur et actions de grâces à celui qui est assis sur le trône, à celui qui vit aux siècles des siècles, les vingt-quatre vieillards se prosternent devant celui qui est assis sur le trône et ils adorent celui qui vit aux siècles des siècles, et ils jettent leurs couronnes devant le trône, en disant: Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l'honneur et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c'est par ta volonté qu'elles existent et qu'elles ont été créées" (Apocalypse 4, 6-11).